Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

31 décembre : femme! Tu fais peur

Posté par: Birame Ndiaye| Mercredi 25 décembre, 2013 02:35  | Consulté 4389 fois  |  8 Réactions  |   

Il fallait aborder, pour les besoins du bal de fin d’année, la fille déjà promise à la bande de copains. Je tremblais, je titubais, mais je finissais quand bien même à bredouiller la formule magique, apprise et partagée entre garçonnets : je t’aime comme le poisson aime l’eau de la mer. Pas même la peur d’être humilié ni celle d’être rejeté, cette crainte émane des cloisons épais qui éloignaient garçons et filles dans le Sénégal de mon enfance.

Voilà un environnement qui précisait clairement les limites et les sphères de réalisation en fonction de l’âge et surtout du sexe. Jusque dans l’enceinte familiale, entre frères et sœurs, des évidences étiquetaient les trajectoires. Selon qu’on est destiné potentielle gardienne du foyer ou désigné protecteur chargé des relations avec l’extérieur, la marque était indélébile. J’étais disposé à chahuter les filles, enclin à leur piquer bonbons et friandises, mais pas du tout modelé à côtoyer la fille du voisin.

Pour se mettre en valeur, Amy Coly n’a trouvé rien de mieux pour riposter à ma pitoyable demande d’être son ami de cœur qu’elle était « occupée ». Cette fois ci, le mouvement dédaigneux de ses yeux ne m’ébranla point. Sans hésitation, je lui assène que l’occupation d’une femme est dans la cuisine. Ça faisait déjà 2 ans et 27 jours que je me préparais à l’affronter uniquement pour prouver à mes amis que j’étais aussi « guerrier ».

Ses yeux de biche, sa taille de guêpe et sa bonne tenue comptaient peu dans mes critères de sélection. En réalité, parce qu’elle était seulement fille, elle représentait l’ultime épreuve d’initiation dans le cercle d’amis en proie à la femme, mythe si proche et si lointain. De toute façon, à mesure que nous nous approchions de la fin de l’année, le souci d’avoir des cavalières s’intensifiait sans cesse.

Le jour du bal, il fallait inviter et accueillir, à nous seuls, toutes les filles du quartier au détriment des autres cliques actives des alentours. Même si aucun de nous n’avait réussi à dégoter un ok idyllique et sans portée véritable, il n’était pas question que nos rivaux d’infortune nous ravissent la vedette. Nous avions peur de la plus frêle des « disquettes », mais de féroces batailles rangées entre clubs de jeunes nous départageaient et nous positionnaient en vainqueurs ou en loosers.

Femme! Tu fais peur. Tu abuse de ma condition d’homme coincé par une éducation à deux vitesses. Cette mode de vie avait ceci d’extraordinaire et de protecteur que les filles et garçons apprenaient à se découvrir dans le respect strict de la différence. Parce que les uns et les autres acceptaient comme une fatalité cette différence, ils cédaient et concédaient sans mépris, sans lassitude.

Dans la tourmente égalitariste, la féminité tout comme la virilité a cédé le pas aux revendications grossières d’uniformité. Dans ses excès, le féminisme noie le mystère longtemps entretenu par la grâce, la douceur et le charme herculéens du beau sexe. La femme ne fait plus peur par sa dimension poétique, elle s’impose et dissuade par sa puissance manifeste de commandement et de contrainte.

Birame Waltako Ndiaye     
 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (8)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme2013 En Décembre, 2013 (20:59 PM) 0 FansN°:1
Tiens cela me ramène 35 ans en arrière  :-D   :-D 
Rafraichissant comme texte  :up: 
Admiratrice secrète En Décembre, 2013 (21:03 PM) 0 FansN°:2
Slt cher Birame. Tes écrits m'éblouient tant. Tu fais partie des rares bloggers que je suis sur Seneweb. Dans tes textes tu fais montre d'une domination de la langue française. Non seulement ils me permettent d'enrichir mon vocabulaire mais aussi j'en jouis. Cela fait 2 ans que je ne fais pas de cours de français académiques. Mais depuis que j'ai commencé à lire tes posts, c'est comme si je les faisais. Vraiment , je t'admire beaucoup. Tu m'es d'une grande aide. Bonne continuation.
Anonyme En Décembre, 2013 (03:34 AM) 0 FansN°:3
Good job that's remind me when I was young man in kaolack Ndagane miss it
Badou
Yassine En Décembre, 2013 (07:36 AM) 0 FansN°:4
MANE RAGALOUME DOF AK JINE YOW DE ME LE NOPE TION SECK SE ME DOMOU BAYE NGUE BISMILA AMNA DIEKER
Paco En Décembre, 2013 (16:27 PM) 0 FansN°:5
tres beau texte ;tu me rappelles "temps boy" ho c'était cool et cros moi ça se passer excatement com ta dit
good action bro & keep well!
Anonyme En Décembre, 2013 (10:46 AM) 0 FansN°:6
SUPER vs etes extraordinaire ;tu m rapelles ma premiere rencontre avec ma copine.
Diaus En Décembre, 2013 (10:46 AM) 0 FansN°:7
Nos grands freres ne diront pas non , ils sont passés par la. Mais ce que j'aimerai ajouté c'est que cette facon d'aborder les filles a relativement changer avec les réseaux sociaux et autres moyens de communications.Avant il fallait se préparer vers 21h et bouger chez la fille d'un quartier à un autre. Et défois la fille ne voulait pas sortir (caprices de filles). AUjourdh'ui juste quelques texto sur face, rencontre en soirée et le tour est joué .Cela va nous manqué par contre . MERCI pour l'article il est temps d'ecrire un livre sérieux
Anonyme En Janvier, 2014 (10:38 AM) 0 FansN°:8
il te reste du chemin a faire mon cher écrvain ta les mots kil faut mais il mank klk chose je suis pas écrivain mais jaime lire j crois kil mank klk chose ki fait vivre ton histoire donne lui un ame

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 853090 fois 322 Articles 9819 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Macky et l’opposition : entre son Dieu et ses diablotins de militant
Pour la forme, Marine Le Pen est une amie
Une opposition distraite à l’assaut d’un pouvoir désorganisé
Khalifa Sall: un secouriste clandestin
Khalifa Sall: un secouriste clandestin
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance