Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Abdoulaye Wade ne boycottera aucune élection

Posté par: Birame Ndiaye| Jeudi 10 août, 2017 01:08  | Consulté 839 fois  |  0 Réactions  |   

Le PDS ne boycottera rien du tout. Les menaces proférées par son patron ne visent qu’à disqualifier le chef de l’Etat. Pourquoi laisser à Macky Sall la latitude de prendre des initiatives salutaires après s’être arrogé le bon rôle de majoritaire aux coudées franches ? Abdoulaye Wade est un génie politique parce qu’il ne se limite pas à anticiper les coups et les rapports de force. Il intercepte et retourne les coups avant même qu’ils ne soient lancés. Il fait passer les liens politiques en nœuds gordiens tout en s’attribuant l’exclusivité du dénouement.

Abdoulaye Wade s’attend à juste titre que des mesures relatives à l’organisation des élections soient prises afin de rassurer les acteurs et, surtout l’opinion publique. Son génie s’illustre dans sa capacité à s’approprier le profil de déclencheur des éventuelles corrections qui seront apportées dans l’organisation des élections. En annonçant un boycott des prochaines échéances électorales, Maître Wade atténue a priori tout mérite qui reviendra à Macky Sall dans l’inéluctable réorganisation du processus électoral.

Birame Waltako Ndiaye

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Abdoulaye Wade, Boycott
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 952302 fois 378 Articles 11461 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Une fois mort et enterré, on se prosternera… enfin
Macky Sall, coupable de sa propre mort
Dakar by next
Résister à la tentation du piètre candidat le mieux placé
Parrainage pantin
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance