Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Appelez-moi par mon nom de famille, dixit la jeune dame

Posté par: Birame Ndiaye| Jeudi 08 mai, 2014 12:56  | Consulté 12492 fois  |  5 Réactions  |   

Mon ami Sow, mon collègue Diatta, jamais ma camarade suivie du nom de famille. Ndèye Diop s’interroge, s’offusque et revendique, au nom d’une justice quelconque, que son nom de famille, patronyme sec, dénominateur commun et mesure triviale lui serve aussi d’identifiant. Il n’y a rien de plus rébarbatif que d’appeler une femme par son nom de famille. Qu’à cela ne tienne! Socle des vertus, bouclier contre la débauche, elle renonce dorénavant à cette  notoriété entretenue par la meute des hommes voraces et narcissiques.

Ndèye aspire à l’anonymat dont l’homme, rongeur de plaisir, s’est accaparé par légèreté et pour jouissance. Elle réclame sa part de banalité émancipatrice. Toute la poésie qui lui est consacrée lui parait dorénavant outil et appareil de contrôle. Elle en est là de ses réflexions sur le nom de famille, auxiliaire d’une combine masculine de mainmise.  Défenseur de l’ordre établi et fanatique du machisme, Makhou-le-fêtard lui reproche son audace rugueuse d’insoumise et ses goûts grossiers de déracinée.

Mère Diop à la limite! Seulement quand le poids de l’âge l’aura mise hors d’état de nuire, hors du circuit de conditionnement à rire des hommes sans être tentée de les rejoindre dans la cour des mauvais garçons. Appeler une femme par son nom de famille, ça ne se dit pas, un point c’est tout. Ça bourdonne trop vulgaire et ça rompt l’idéal de douceur et de bonté réservé aux seules dévouées. Ndèye trouve cette belle rhétorique intoxiquée de manipulation destinée à apprivoiser toute propension au bonheur et à l’enchantement. Voilà une camisole de force qu’on nous harnache pour mieux nous étouffer et nous séquestrer sans coup férir. Je renonce aux honneurs et considérations de la fonction, persiste Ndèye-la-rebelle.

Elle ne revendique pas un droit ou un espace de liberté, elle se décharge du poids de la responsabilité de régulatrice sociale, astreinte à la tempérance. Elle a pris peur, elle va, de cette allure féministe ardue et tatillonne, postuler à la banalité et à l’anonymat. Jusque-là, elle a répondu et de ses propres écarts et des frasques du sexe fort, répartiteur de rôles. Elle ne cherche pas à être l’égale de l’homme, ça ne l’intéresse pas de se mesurer au tortionnaire. Non, elle récuse son utilité sociale imposée, elle règle ses comptes pour les services rendus, connus et pas reconnus.

Pas seulement les hommes, pas seulement les femmes, c’est le monde qui s’effondre. C’en est fini de la poésie. Sans lustre ni sacrée bonté, nous nous retrouvons orphelins de notre point d’appui, Ndèye devient force. Les nombreux travers du progrès social condamnent à l’homogénéité, commodité et capitulation. Repoussée hors des chagrins intimes, la femme martyre prête le flanc et rejoint l’homme, roitelet, dans le carcan de l’enchantement et du bonheur complexe, obnubilant et inaccessible. L’émule s’est fait rivale, elle a cédé à la démesure et à l’excès des hommes de somme.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (5)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Tigirigi.... En Mai, 2014 (15:43 PM) 0 FansN°:1
Comme toujours, c'est un grand régal de vous lire...
Kicama En Mai, 2014 (18:54 PM) 0 FansN°:2
Comme votre plume est belle monsieur Ndiaye!!
Anonyme En Mai, 2014 (19:53 PM) 0 FansN°:3
N'importe quoi ce texte. Si elle veut garder son nom patronyme,grand bien lui fasse.Le texte est trop lourd pour ne finalement pas dire grand chose.
Anonyme En Mai, 2014 (22:18 PM)0 FansN°: 1261265
Parlez pour vous. Dites plutôt que vous n'y comprenez rien, tête de moineau.
Anonyme En Mai, 2014 (21:40 PM) 0 FansN°:4
Vraiment c'est d n'importe

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 885186 fois 349 Articles 10052 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Quand Oumar Youm manifeste sa peur, y a vraiment de quoi avoir peur pour le Sénégal
Abdoulaye Wade ne boycottera aucune élection
Le délit d’offense au chef de l’Etat, c’est du n’importe quoi
De ces législatives qui réhabilitent et qui imposent le statuquo
Macky Sall, les cartes d’électeur et ses sages protecteurs
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance