Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Arrêtez vos conneries, libérez Bamba Fall et tous les autres

Posté par: Birame Ndiaye| Dimanche 22 janvier, 2017 03:01  | Consulté 421 fois  |  0 Réactions  |   

C’est fou comme dans ce pays, le Sénégal, les décisions de justice sont à la remorque des intérêts et des affinités politiques des gouvernants. Bamba Fall et les autres emprisonnés n’auraient jamais été encellulés si leur action était dirigée contre d’autres que ceux du pouvoir. Tel un pirate, tel un faussaire, l’exécutif sénégalais se réfugie derrière l’indépendance de la justice pour mieux masquer sa main mise sur le décor désorganisé des prétoires. Le procureur reçoit des élus l’injonction de poursuite en bon droit, mais cette fois-ci, c’est l’instruction qui est mensongère du seul fait des manigances du pouvoir. C’est la séparation des pouvoirs qui est ainsi bafouée.

Dans l’affaire Bamba Fall et autres versus Parti Socialiste, le juge d’instruction est en réalité un juge intérimaire. Il ne bénéficie pas du principe de l’inamovibilité ni d’aucune autre couverture statutaire. C’est à croire qu’il est promu expressément pour remplir un dégueulasse cahier de charge qui l’oblige à mettre les opposants hors d’état de nuire. Tentative d’assassinat, coups et blessures, destruction de biens appartenant à autrui, disent les juristo-militants. Que du sable propagé, que de l’eau aspergée sur des privilégiés responsables politiques; rien de grave mais pourtant ces nababs s’y agrippent, tels des madeleines désespérées, jusqu’à implorer Dame justice traîtreusement.

Pleurnicheurs, pleureurs des obsèques du maquis, Tanor Dieng et ses auxiliaires sanglotent afin d’entraîner toute l’opinion avec eux-mêmes. Ne nous y trompons pas. Ils veulent nous faire croire que c’est la justice qui est en branle. D’abord, nous leur dirons que les qualifications criminelles exagérées d’assassinat et d’association de malfaiteurs ne sont retenues que pour justifier une éventuelle détention préventive. En vérité, Tanor Dieng veut mettre hors d’état de nuire ses embarrassants compères, les plus ardents que lui qui en ont encore à repousser et revendiquer. Tout compte fait, il contrôle son parti en termes de voix délibérantes et au niveau des statuts formels, mais il a du mal à légitimer ses choix politiques.

C’est ça son problème, c’est aussi ça le problème de ses détracteurs. Jusque-là, Khalifa Sall et compagnie dépensent beaucoup d’énergies dans une quête de légitimité, en vain. Quant au secrétaire du parti, il a déjà placé ses hommes dans le seul but de contrôler l’organisation et le fonctionnement des instances du parti. A la place de Khalifa Sall, je me serais inscrit dans une luisante logique de dénonciation de tels détournements d’objectif. Après tout, il aurait rejoint la tendance légitime de résistance contre les faux-semblants, ceux-là destinés à nous tromper sans cesse et à ajourner la rupture tant attendue.

Le seul crime de Bamba Fall et de ses codétenus est de perturber l’agenda caché du président Macky Sall. En lieu et place d’un vrai changement, d’un tassement des divers échappatoires, le plébiscité redresseur des torts de 2012 s’est révélé maitre et possesseur du jeu instrumentalisant de légalité. La coupe d’Afrique et les soubresauts en Gambie servent actuellement de sujets distrayants. À terme, les dommages d’infidélité de Macky Sall finiront par le rattraper. Il mise sur des combines politico-judiciaires. Pourtant, il aurait suffi qu’il soit sincère manifestement, et on s’en serait contentés volontiers.

Par ailleurs, Barthélémy Dias, inculpé dans le meurtre du jeune Ndiaga Diouf, sera devant le juge le 25 janvier 2017, en audience spéciale. Comble de l’ironie ! Il a rendu service aux décideurs actuels et au peuple tout entier, en résistant contre de futés falsificateurs de forces et de frasques. Il lui fallait faire face aux espiègles sponsors de la délinquance, semblables à ceux qui le défendaient autrefois et qui, aujourd’hui, le clouent au pilori, opportunément.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 908205 fois 367 Articles 10400 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance