Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Colonel de la gendarmerie et militant à ses heures perdues

Posté par: Birame Ndiaye| Mardi 22 juillet, 2014 02:35  | Consulté 10355 fois  |  7 Réactions  |   

Les motivations du colonel Abdoul Aziz Ndaw, fussent-elles pour le salut public, ne résistent nullement à l’ampleur des torts infligés aux forces de sécurité. Aussi bien pour dénoncer des travers d’un « général affairiste » que pour solder des comptes, l’auteur de « Pour l'honneur de la Gendarmerie sénégalaise » manque au devoir de soldat. Il discrédite l’armée nationale et fragilise, de ce fait, un pan capital de l’ordre républicain. Il s’est rabaissé au rang dégradant d’auxiliaire délateur et déloyal.

Tel un assaut, on rentre dans l’armée poussé par une forte vocation à servir sans tambour ni trompète. Le colonel Ndaw bouscule plus qu’une tradition, il déserte l’enclos familial de la grande muette. Le devoir de réserve, rempart contre les embuscades du débat public, lui a paru oppressant et non avenu. Voilà que l’intérêt des sénégalais à s’enquérir sans limite de l’état général des institutions entre en conflit avec un intérêt tout aussi fondamental : celui de préserver la discipline et la bonne tenue des militaires de race.

Corps social distinct, l’armée doit rester à l’abri du jeu politique sauf pour en défendre le respect des règles et en inspirer la conformité à l’intérêt général. Condition de son efficacité à assurer l’ordre et la sécurité nationale, l’apparence de puissance et de rigueur lui confère toute la substance de son aplomb. Il ne s’agit pas de privilège, il est question de gage et de garantie d’équilibre entre les libertés consacrées, le respect des institutions et le sentiment collectif de sécurité.

Le commandement militaire ne peut plus faire abstraction des exigences de correction et de transparence dans la gestion de plus en plus affairiste des casernes et autres cantonnements. Son prestige et sa notoriété ne peuvent cohabiter  avec le pantouflage courant et avilissant des gradés. L’épisode des officiers qui se réclamaient de la Génération du concret en dit long. Il s’agira, tout compte fait, d’entretenir le mythe promoteur de la splendeur de l’institution de défense et de sécurité.

Aux ordres du pouvoir politique, les militaires n’en sont pas moins pilier et flambeau. La grande artillerie médiatique que déploie le critique, Abdoul Aziz Ndaw, et l’indignation qui s’ensuit nuisent davantage à la discipline militaire et à l’honneur de l’état-major. La justice militaire doit prévaloir sur toute initiative gouvernementale de relation publique. Plus grave est l’atteinte au sens de l’honneur, au devoir de réserve et au professionnalisme du cavalier des temps modernes.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com 
 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (7)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Amza En Juillet, 2014 (13:56 PM) 0 FansN°:1
Je suis bien d'accord sur le principe de reserve et de mutisme sur ce qui releveve de l'interet national,mais pas sur les derives et la cupidité d'un general affairiste comme vous l'avez si bien qualifié.Arretez de soutenir une chose et son contraire votre contribution est un recit de contradictions,vous devriez vous estimer heureux et reconnaissant envers le colonel Ndaw pour son courage parce qu'il vient de vous donner l'occasion de faire le menage au sein de votre institution qui ne manque pas d'ordures, ce qu'il a du reste tenter de faire en conclave mais le president de la republique d'alors ne lui aurait preté aucune attention.Si Wade l'avait ecouté ce general serait rappelé à l'ordre sans concert et l'honneur de la gendarmerie n'en serait pas ecorché.Mais comme ce bandit de Wade etait le chef d'orchestre, voilà le resultat.
Amiharbi En Juillet, 2014 (01:05 AM)0 FansN°: 1445670
Amza je suis en accord avec toi. Le colonel Ndao est un homme d'honneur et a le courage de dénoncer ces crimes de Wadd. Le Sénégal peut être fier d'avoir des hommes de valeur comme le colonel Ndao. Il a causé et n'a pas voulu se conformer à un système mafieux que Wadd a mis en place. Que dieu soit le protecteur du colonel Ndao qui a toute ma sympathie et mon soutien. vive le Sénégal juste
Faxapenda En Juillet, 2014 (17:10 PM)0 FansN°: 1446549
Amza, je suis en phase avec vous et je me demande bien ce que veulent réellement les Sénégalais? Quand j'ai entendu le journaliste Barka Ba pour qui j'avais beaucoup d'estime j'ai failli dijoncter c'est terrible comment on peut être aussi versatile ? de la part de quelqu'un du système cela n'aurait pas surpris mais d'un jeune journaliste !!! alors nous l'attendons au tournant j'espère qu'il n'osera plus contester pour quoi que ce soit ! désormais il devra s'aligner et respecter SA HIERARCHIE !!!!
Badoucheanonyme En Juillet, 2014 (14:38 PM) 0 FansN°:2
tout a fait daccord il faut saluer le courage et la determination de ce brave homme moi ce ki me chok c le droit de reserve mais on laisser des abroutis faire ceu kil veulent sans k personne ne pipe mot et le cas de michel neyret patron de la police judiciaire francais parey pour les 4 gendarmes raketteures a marseille et voila k sarko deambulle tous les jours o tribunal dire k ces francais konaissent tres bien l'etat de droit bravo mr ndao
Anonyme En Juillet, 2014 (01:08 AM)0 FansN°: 1445692
je suis en accord avec toi BADOU
Kor dior En Juillet, 2014 (17:15 PM) 0 FansN°:3
Punir le Colonel Ndao n est pas la solution idione.Actuellement , il faut édifier l'opion publique en infirmant ou en confirmant par une enquête la teneur du livre qui défraie actuellement la chronique .De quoi l Etat a t-il peur?Aziz detient des preuves et mieux il demande à être entendu par un tribunal et ceci dans le seul but de laver son honneur.Pourquoi refuser de lui accorder ce droit qui revient legitiment à tout citoyen? En agissant de la sorte, l Etat n'est il aussi en situation de prevarisation? Cette affaire est trop sérieuse pour être traitée comme simple fait divers . régler ce problème par la voie judiciaire contribuerait au renforcement du moral de la troupe qui doute de la capacité de ses chefs à faire à une situation de crise qui risque de porter attente à la stabilite de notre pays
e
Indigné En Juillet, 2014 (10:42 AM) 0 FansN°:4
Fallait-il taire que le ver est dans le fruit ??? Et n ' accepter l'idée fut-elle déplaisante que nos institutions ont toutes été vidées de leurs substances et le récuser pour des raisons cosmétiques pour mieux nous les farder et les livrer tels des épouvantails qu'on brandirait comme gage dans un pays profodément ancré dans une démocratie bananiere

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 868761 fois 334 Articles 9881 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance