Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Dakar by next

Posté par: Birame Ndiaye| Samedi 07 avril, 2018 10:04  | Consulté 463 fois  |  0 Réactions  |   

Sur le chemin public, des bagnoles se garent sur le trottoir tandis que d’autres se disputent le bitume avec les piétons dépossédés. Dans ce tohu-bohu dakarois qui se déploie continûment au vu et au su des agents de sécurité déstabilisés, situer la responsabilité est davantage une épreuve qu’un exercice. L’hivernage, aux parcelles assainies, il fallait, pour se rendre à la plage de Diamalaye, supporter une puanteur indescriptible sur une distance longue de plus d’un kilomètre. C’est que les maisons environnantes profitent du ruissellement saisonnier des eaux pluviales pour évacuer le trop plein de leur fosse sceptique. Désassainissement urbain, incivisme ou état de nécessité ? C’est, somme toute, un vrai sujet de thésard. « Sa parari moy sa parara ».

Encore sur le chemin public, sur des bagnoles, pourquoi lire toujours : « Attention débutante ». Personne ne pourra faire croire que tous ceux qui apprennent à conduire sont de sexe féminin. Mais, pourquoi alors, il est rarement écrit à l’arrière des véhicules : « Attention débutant ». Même « Attention homme fort en apprentissage », on prendrait, cosexitoyen . Il ne s’agit que de conduite sur la route, pourtant. Rien à voir avec la conduite des affaires du ménage, généreusement dévolue à Garçon, même gringalet, et transféré commodément à Femme, surtout florissante. Ménage, cuisine et couvage de morpions restent régis par la sacrosainte tradition. Paiement de facture, c’est modernité qui l’encadre. Après tout, c’est gorgui qui met ceinture. Guégno si tu préfères.

La vache ! Les véhicules, charrettes anonymes, motocyclettes banalisées et ruminants se disputent, comme à Calcutta, les grandes artères de Dakar. C’est la gnose qui dicte aux conducteurs respect et déférence face aux vaches vadrouilleuses. Leurs va-et-vient n’ont rien d’ordinaire. C’est fait et fruit d’impénétrables combinaisons paganomusulmenteuses. Il parait que c’est un important fils du pays qui voulait argent et notoriété qui a laissé ces vaches-totems marauder à leur aise. Il est mort et enterré par la suite, nous a appris radio cancan. Néanmoins, ses vaches, puissamment mysticisées, n’intéressent même pas les violents voleurs de bétails. Celui qui les piste ou les percute, ne serait-ce que par mégarde, se verra énigmatiquement damné, sandales par-dessus tête.

Fétichisme enrobé d’Allakoubarité. Il arrive que petit garçon déraisonnablement toxicomane disjoncte des faits et gestes supposés de la coépouse de sa mère. Quand le père du petit garçon tient pour responsable la mère insoumise, celle-ci en veut au petit pour l’avoir déshonorée. Mais, en même temps, elle indexe la coépouse d’avoir commandé la folie de son fils. A question claire, il faut une réponse claire. Le fou est-il irresponsable ou blâmable ? Allez savoir, entre la raison en étalage et les superstitions en parade, ce qui doit servir de diagnostic arrêté. Ça rend névrotique tout ça !

Dakar, ce n’est pas une ville, c’est un bazar de figures délaissées et en quête solitaire d’harmonie. C’est un ramassis de pétards et de prescriptions ensorcelants, tellement usés et mais ô combien tenaces. Tout entier, le pays passe pour une toile teinte et décolorée à répétition. Nous y louons l’amour rédempteur, nous y célébrons superficiellement la diversité, nous y récusons tout, à la fois et en même temps. Et puis, quand on a un statut de bailleur familial, tout le monde s’écrase, mais on doit quand même faire semblant de ne pas aimer ça.

Waltako

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Dakar, Ambiance
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 968223 fois 378 Articles 12185 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Une fois mort et enterré, on se prosternera… enfin
Macky Sall, coupable de sa propre mort
Dakar by next
Résister à la tentation du piètre candidat le mieux placé
Parrainage pantin
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance