Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Je ne suis pas imam, mais je me défends

Posté par: Birame Ndiaye| Jeudi 01 juin, 2017 21:06  | Consulté 1264 fois  |  0 Réactions  |   

Sur une radio de la place, un invité imam a dit en substance ceci : à quoi bon jeuner si parallèlement le jeuneur s’adonne à des pratiques interdites comme s’abreuver d’alcool et s’empiffrer de viande de porc ? Il poursuit en disant que dans ce cas, c’est vraisemblablement dans le but de sauver les apparences que le dit jeuneur observe cette recommandation. Pour ma part, je considère que ce raisonnement est un photomontage, une caricature qui ne reflète pas du tout la réalité dans son ensemble.

Premièrement, rare sont les musulmans qui peuvent prétendre suivre correctement et tout le temps l’ensemble des prescriptions. Pour autant, ça ne fait pas de ces égarés occasionnels des infidèles. Il est également simpliste d’en déduire que les quelques actes de piété que ces pécheurs posent sont destinés à tromper leur monde. Oups ! Voilà une expression que je ne devrais pourtant plus utiliser. Je poursuis. Sans être en mesure de référencer ce qui suit, n’est-il pas dit que le prophète a reconnu qu’un ivrogne peut être musulman contrairement à celui qui ment à répétition.  

Deuxièmement, dans l’esprit d’un musulman négligeant, le mois de ramadan peut être considéré comme une occasion unique de rompre avec tout acte déviant et de se réconcilier avec les préceptes religieux. Sous ce rapport, l’entourage n’y est pour rien pour qu’on puisse l’assimiler à un « musulmenteur ». Si celui-ci n’a en ligne de mire que le jugement que portent la famille et l’entourage jusqu’à s’abstenir de manger et de boire, les salles de bain barricadées peuvent servir d’abreuvoirs réservés et les restos enclavés de cantines isolées.

Caricature pour caricature, il est connu des étudiants qu’ils attendent le dernier tournant avant les examens pour bûcher comme des nègres. Ce dernier mot est également de trop. Poursuivons quand même. Idéalement, ces étudiants en question auraient dû suivre et apprendre au fur et à mesure que les enseignements étaient dispensés, tout au long de l’année. Néanmoins, cela ne fait pas d’eux des non-apprenants. Bref, le rapport de l’humain à Dieu est très complexe. Et, cette complexité n’autorise pas, à mon avis, certains jugements de valeur.

En passant, demandons clémence pour Ouleye Mané et les autres poursuivis pour caricature montée par légèreté sur une photo grossière.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com    

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Jeuneur, Musulman
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 898708 fois 363 Articles 10200 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Soulard et/ou patriote
En attendant d’autres cas d’école Yavuz Selim
Un débat sur la succession en cache un autre: Moustapha Cissé Lo, un politicien à l’ancienne
Khalifa Sall, parent pauvre de l’égalité devant la loi
Le financement des partis, ça se mérite
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance