Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Khalifa Sall, parent pauvre de l’égalité devant la loi

Posté par: Birame Ndiaye| Jeudi 12 octobre, 2017 10:10  | Consulté 115 fois  |  0 Réactions  |   

Et pourtant, il ne dépend que d’Abdoulaye Wade pour que Khalifa Sall soit élargi. Moussa Tine, partisan du maire et propagateur de sa bonne foi, tire à boulet rouge sur Tanor Dieng et ses acolytes. Rien de plus ordinaire que d’incriminer des frères de rang qui, par devoir de mémoire, se devaient de porter le combat d’un des leurs. Et Wade ! Et l’opposition ! Et les hybrides ! C’est à croire que le maire de Dakar ne livre pas une seule bataille. Il a aussi, en face de lui, des aspirants successeurs du locataire du palais présidentiel, crèche qui rend fou furieux. Dans l’affaire de la caisse d’avance, c’est le délit de facies et celui de lèse-majesté qui se sont enrobés, qui se sont fardés de vernis et de saupoudrage directifs.

Pourquoi parler jusqu’à s’époumoner d’irresponsabilité et d’inviolabilité de Khalifa Sall, parlementaire, si tant est que la bataille de la légalité est perdue d’avance du fait de son aspect trop formaliste. Il doit s’agir, ici et maintenant, d’une guerre larvée contre un juridisme mal placé. C’est ainsi que le combat gardera son allure politique, ciblant et décriant le bon vouloir du président Macky Sall, prince pugnace. Le combat est politique parce l’initiative des poursuites pénales dépend de l’exécutif qui s’en sert en toute rupture d’égalité républicaine entre les sujets de droit. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Aux souteneurs de Khalifa Sall, il leur faut dire invariablement : Au diable les arguments préfabriqués de conformité. Oui, ce sont les arguments d’équité et d’accord dans l’application des lois larguées qui doivent faire figures de proue.

« Nous allons rendre le pays ingouvernable », disent les suppôts de l’édile de Dakar. Ce n’est que du pipeau. Les moyens leur manquent, la force leur fait défaut. Rien ne sert de menacer, il suffit de se victimiser à juste titre cette fois-ci. Khalifa Sall subit la férocité et la fausseté de ses adversaires. Quoi de mieux et de plus simple que d’activer les leviers de l’intelligence émotionnelle ? Majoritairement, les sénégalais sont épris de justice sociable, structure relationnelle beaucoup plus sympathique. En toute légalité, il est reproché à Khalifa Sall des factures fausses et d’autres faits fallacieux. Mais, toujours est-il qu’il y a rupture d’égalité entre lui et les potes du président devant les lois et leurs caractères général et impersonnel.

" Arrêt des poursuites engagées contre un député et levée de la détention", dit la disposition constitutionnelle (art.61). En réplique, il est dit que la poursuite est antérieure au statut de député du mis en cause et que l'appréciation de la qualité de député ne saurait s'étendre au delà du contexte initial, avant l’élection. Soit ! Premièrement, il faudrait que l'assemblée nationale requière la levée de la détention préventive. Deuxièmement, cette levée de détention ne pourrait même pas arrêter la poursuite déjà engagée. En plus, faudrait-il que des députés demandent la levée de la détention. Rien de plus aléatoire puisqu’une telle délibération ne peut émaner que de la majorité. A vrai dire, tout cela n’est destiné qu’à tromper.

Khalifa Sall paye pour son enthousiasme précoce et pour son ardeur. La ligne de défense politique des camarades du maire doit être campée afin que la judiciarisation encouragée à dessein par le camp présidentiel ne prenne pas le dessus sur le caractère militant de l’affaire politico-médiatico-juridique. Tout compte fait, le maire de Dakar est témoin impuissant d’incongruités d’une république bananière qui s’ignore. Khalifa Sall n’a pas fait les frais d’une justice aux ordres. C’est beaucoup plus grave. Il est la manifestation d’un mode de gouvernance décalé dont les malformations sont ménagées et manipulées en méthodes de domination.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Khalifa Sall, Egalité, Loi
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 903676 fois 367 Articles 10308 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance