Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Koutia : un prêcheur pas comme les autres

Posté par: Birame Ndiaye| Vendredi 12 juillet, 2013 04:31  | Consulté 4229 fois  |  2 Réactions  |   

Comédien de son État, Koutia met en garde les prêcheurs, solliciteurs de prestations et d’audience, contre toute censure de la parodie de prédication qu’il livre à la télévision. Il prévient, il menace de déballage compromettant la crédibilité des pourfendeurs tentés de le vilipender. L’argument selon lequel ses représentations bafouent la fonction toute nouvelle de gardien de la moralité publique le répugne. Plus qu’un simple geste de défiance, il s’insurge contre la brutalité inopérante de la lettre.

Par autodérision, il s’incruste dans le quotidien des sénégalais rimant et mimant leurs tares, faiblesses et duplicités. Il brandit le miroir, reflétant les télescopages et tiraillements mirobolants nés du choc entre leur aspiration à la luxure et l’injonction sociale à la contrition et au puritanisme. Il dérange parce qu’il participe à la désacralisation de la fonction juteuse, effrayante et souvent contre productive de conservation sociale.

Paradoxalement, le Sénégal se sécularise à proportion de l’envergure que prennent les prédications, les réprimandes et autres matraquages prosélytes dans l’espace public. La consécration sociale de l’hédonisme et du consumérisme d’une part et le recours spéculatif et superficiel aux dogmes d’autre part  secoue la culture religieuse des sénégalais. Pourtant, sans même ce tintamarre militant et marchand, le Sénégal des années 70 et 80 était beaucoup plus porté aux valeurs humanistes et aux considérations morales.

Nous pouvons voir dans la collaboration de Taïb Socé et de Koutia, pour le temps d’une émission sur le gaspillage de l’eau lors du rituel des ablutions, l’approche pratique d’éducation populaire. S’en tenir à la lettre des instructions sans effort de mise en contexte et de relativisation vide les recommandations de leur dynamisme de persuasion et d’espérance. La croyance n’est pas une émanation de la peur et de la crainte. Elle prend son élan dans l’amour, la conviction et l’adhésion au système de valeurs.

Concevoir et envisager le nouveau type de sénégalais dans son acception plurielle, c’est mettre le doigt directement sur sa quête désordonnée de paix intérieure et de réalisation spirituelle. Ce qu’il y a de nouveau et qui bouleverse les stéréotypes, c’est d’abord la massification des formes hérétiques d’épanouissement crypto personnel.

L’évocation urbi orbi des préceptes, fussent-ils pour le salut de l’âme, ne peut contenir la tendance généralisée à l’éclosion. « Beugué » disent-ils.

Birame Waltako Ndiaye
 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Koutia, Prêcheur, Abou Bilal
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Juillet, 2013 (14:23 PM) 0 FansN°:1
svp changez nous votre decor nous t aimons mais pas votre decor
Waltako En Juillet, 2013 (17:59 PM)0 FansN°: 920103
C'est quoi le décor

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 903682 fois 367 Articles 10308 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance