Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La déroute politique de l’Égypte : un cas d’école

Posté par: Birame Ndiaye| Jeudi 04 juillet, 2013 15:19  | Consulté 2499 fois  |  4 Réactions  |   

Est pris qui croyait prendre. La crise politique égyptienne expose au grand jour l’incompatibilité entre les principes de gouvernance républicaine et le niveau d’organisation sociale et économique. Le chevauchement de la hantise démocratique et la tradition absolutiste et exclusive du pouvoir politique ramène l’armée égyptienne au devant de la scène, propulsée par les cris de soif et de faim des populations désemparées et déconcertées.

Se réapproprier le contrôle du rythme et de la direction des mutations politiques inéluctables, voilà l’alternative à l’institutionnalisation dogmatique et à l’arrogance technocratique. Le soubassement de cet élan de fierté et de lucidité repose sur le rejet programmé de cette mentalité de reformulation et de placage systématique des schémas institutionnels du nord.

Terriens, nous voulons danser au rythme de la musique martienne. Arrêtons-nous sur cette prétention absurde et loufoque à intégrer superficiellement les masses dans le processus décisionnel. Rien ne nous oblige à y adhérer, pas même pour paraître bon élève. Transfert de responsabilité ou fausse représentation, elle débouche inéluctablement sur des choix dictés et biaisés par les déférences ethnico-religieuses ou clientélistes.

Le populisme et les projections de citoyen du monde ont pris le pas sur la cadence appropriée vers un système d’administration attaché aux réalités et exigences de l’espace africain. La résignation, érigée en mode de gouvernance, confine les politiques dans l’implacable logique de soumission à la tyrannie des force-menace et  force-promesse.

L’institutionnalisme, vecteur et moule idéologique d’aliénation, constitue la plaie qui gangrène le pilier économique du continent noir. Le défi majeur demeure pourtant le développement humain, seul garant et précurseur  de la propension des masses à la responsabilité civique et citoyenne. La disposition au respect des valeurs doit correspondre, susciter, provoquer et entretenir toute forme de gouvernance, fût-elle démocratique.

La démocratie procède de la revendication et de l’aspiration spontanée au fondement rationnelle de l’action publique. La piètre tendance démagogique et désincarnée du label de gouvernement par le peuple et pour le peuple abuse, ridiculise et minimise l’africain aux prises avec la satisfaction des besoins de survie et de conservation. Morsi en a fait les frais.

Birame Waltako Ndiaye

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés: Egypte, Morsi, Crise
Commentaires: (4)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Ndiayene ! on July 4, 2013 (20:09 PM) 0 FansN°:1
Bilay walay Ndiaye Diatta yaa dega toubab !!!
Tout comme la culture , la democratie en tant que mode de developpement n'est pas applicable partout en raison des traditions propres a chaque societe !!!
Anonyme on July 5, 2013 (08:19 AM) 0 FansN°:2
Vive la dictature !!! Ramassis de niaiseries....
Point de vue on July 5, 2013 (11:04 AM) 0 FansN°:3
je trouve votre analyse assez pertinente. Dans le sens où même Montesquieux avait reconnu dans l'esprit des lois que l'universalisme soit disant de la démocratie est une chimére pour des raisons que nous connaissons tous! mai permettez moi Mr de vous posez cette question: le veritable probléme en egypte est ce vraiment cela!Selon moi il ne s'agit pas de clientélisme ou de quelconque avatar politique lié aux mutations endogénes des années passées, et comme disait chesterton une société se composât-elle uniquement d'hannibals et de napoléons vaut mieux en cas de surprise que tous ne commandent pas en même temps! Pour dire que le véritable probléme vous le savez nous le savons tous et nul n'est besoin d'être un un espprit pointu pour le voir. c'est les fréres musulmans! Les intérêts économiques que présente l'egypte les occidentaux ne vont jamais permettre que les musulmans soient aux commandes leur probléme c'est l'islam et l'islam ne doit pas gouverner c'est une conclusion simple mais évidente à mon avis!
Suna on July 5, 2013 (18:22 PM) 0 FansN°:4
"les occidentaux ne vont jamais permettre que les musulmans soient aux commandes leur problème c'est l'islam....". Tu as raison mon frère. Ces homo de merdes ne veulent plus d’états islamiques sur la planète il faut que les musulmans le comprennent. Mais ils se fatiguent car DIEU A CLAIREMENT DIT QU'IL SERA LE GARANT DU SAINT CORAN

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 417473 fois 145 Articles 4280 Commentaires 34 Abonnés

Posts recents
La femme sénégalaise et son homme : la bouffe au cœur de l'intimité
La femme sénégalaise, l’homme et la bouffe : le triangle des Bermudes
Abdoulaye Wade et ses tours désuets de magie
Le statu quo politique au Sénégal : un héritage non encore déchiffré
La marche du PDS : un simple artifice
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Appelez-moi par mon nom de famille, dixit la jeune dame
La polygamie : un don du ciel
Colonel de la gendarmerie et militant à ses heures perdues