Aibd, un mois après : Des débuts pleins d’espoirs

  • Source: : Le Soleil | Le 08 janvier, 2018 à 20:01:08 | Lu 7361 fois | 10 Commentaires
content_image

Aibd, un mois après : Des débuts pleins d’espoirs

Un mois après son ouverture marquée notamment par quelques désagréments liés à plusieurs facteurs, le nouvel aéroport de Diass a trouvé le train normal propre à une plateforme aéroportuaire digne de ce nom.

Mercredi 3 janvier 2018. Il est 13 heures 48 minutes. Le Boeing 737-400 de la compagnie aérienne nigériane Med-View Airline s’engage, dans un bruit assourdissant, sur la longue piste de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd). En quelques secondes, l’appareil à destination de Lagos se déploie dans le ciel de Diass enveloppé de poussière. Quelques minutes plus tôt, c’est un avion de la compagnie américaine Delta Airlines et un autre de la compagnie émiratie Emirates qui ont décollé de ce même tarmac.

Au même moment, dans la salle d’embarquement d’où l’on peut admirer le spectacle qui se déroule sur le tarmac à travers les vitres en concaves, les passagers à destination de Nouakchott et de Milan s’apprêtent à embarquer par deux des six passerelles télescopiques qui relient l’aérogare aux avions. Des passagers dont les vols ne vont pas tarder patientent tranquillement sur les bancs tandis que d’autres, accoudés aux deux restaurants bars, trompent leur faim. L’ambiance est d’un ton plus bruyant dans la salle adjacente où les passagers d’un vol de Kenya Airways remplissent les dernières formalités d’enregistrement dans l’une des 44 box. Une fois les étapes de contrôle de la police et des douanes franchies, il est fait en sorte que les passagers traversent la zone du Duty Free, une manière de les inciter à faire des achats. Un mois après sa mise en service, l’Aéroport international Blaise Diagne, malgré des débuts difficiles, est opérationnel. A l’image d’un nouveau-né encore fragile, des moments de doute et d’incertitudes ont jalonné les premiers pas de la plateforme, comme cette grève de 24 heures des contrôleurs aériens de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna) survenue une semaine après l’ouverture de l’aéroport et qui a eu des conséquences fâcheuses aussi bien pour l’aéroport, les compagnies que pour les passagers. Sur les réseaux sociaux, les critiques, photos ou vidéos à l’appui, avaient fusé. Les images montrant des passagers déboussolés, des tonnes de bagages abandonnées dans le hall des arrivées ou encore des énergumènes marchant sur les tapis-bagages ou sortant par l’ouverture des tapis-bagages avaient envahi la toile. Chacun y allait de son commentaire.

Plus de 11,6 millions de litres de kérosène fournis
Kérozène AibdUn mois après, tout semble revenu à la normale. Les balbutiements des débuts se sont envolés et l’Aibd a retrouvé le train-train quotidien et banal propre à un aéroport digne de ce nom. Une situation dont se félicite des passagers rencontrés dans le hall des départs.

« Avec toutes les critiques que j’ai entendues ou lues, j’admets que j’avais des appréhensions avant de venir. Je suis heureux de constater que tout cela est derrière nous. J’ai trouvé une belle infrastructure, moderne et spacieuse qui nous change beaucoup de l’ancien aéroport. Bref, j’ai envie de dire que le Sénégal dispose d’un vrai aéroport », confie ce passager en partance pour Abidjan qui préfère garder l’anonymat. Me Augustin Senghor, en partance pour la cérémonie de remise du Ballon d’or africain à Accra (Ghana), fait chorus. Le président de la Fédération sénégalaise de football se dit charmé. « La mise en route a été difficile, mais c’est normal, car c’est la première fois qu’on vit l’expérience de devoir déménager d’un aéroport à un autre. C’est heureux de voir que tout est rentré dans l’ordre et c’est sûr que le service va aller en s’améliorant », dit-il.

A l’entrée du site des cuves à kérosène, une dizaine de camions-citernes sont alignés. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre. Pourtant celles-ci étaient fonctionnelles depuis le 23 novembre, deux semaines avant l’ouverture de l’aéroport, assure-t-on du côté du Ministère des Transports aériens et de Smcady, gestionnaire de ces infrastructures. 
Ces cuves ont été certifiées et chargées depuis cette date et il restait à terminer le système hydrant, à savoir le réseau souterrain qui relie les cuves aux aéronefs qui est opérationnel depuis deux semaines.

Du 7 au 31 décembre 2017, le nombre d’avitaillement d’avions par Smcady est estimé à 814 pour un volume total de 11.689.260 litres de kérosène Jet A-1 (un carburant de type kérosène convenant à la plupart des aéronefs à réacteurs obéissant à des exigences internationales rigoureuses). Quant à la boutique Duty free installée au Départ et à l’Arrivée de l’Aéroport International Blaise Diagne de Diass, elle a reçu, selon les informations fournies par la société d’exploitation de l’aéroport LAS, 27.000 clients et a vendu 67.947 articles.

Plus de 2.100 mouvements d’avions en moins d’un mois
Avions AibdAu 5 janvier, plus de 2100 mouvements d’avions ont été notés à l’Aibd pour plus de 200.000 passagers. Une cinquantaine de compagnies aériennes ont rejoint la plateforme alors que d’autres ne vont pas tarder.
 
Un motif de satisfaction pour la ministre des Transports aériens et du Développement des infrastructures aéroportuaires. « C’est une grosse performance en dépit de quelques désagréments notés durant la première semaine, désagréments consécutifs au déménagement de l’Aéroport international Léopold Sédar Senghor à l’Aibd », a réagi Maïmouna Ndoye Seck. Entre le 7 et le 31 décembre 2017, le gestionnaire de l’aéroport, Limak-Aibd-Summa (Las), dit avoir enregistré 517 départs d’avions et 412 arrivées pour 162.355 passagers, soit une hausse de 25.239 passagers par rapport à la même période de l’année 2016. Ce que confirme le commandant de permanence Meïssa Fall qui explique que le mois de décembre, du fait des vacances de Noël et de fin d’années, a enregistré un rush de passagers à Aibd. « Il y a eu une petite accalmie entre le 25 et le 26 décembre et entre le 31 décembre et le 1er janvier, sinon tous les jours ce fut un flot continu », explique-t-il. Bien en retrait de l’aérogare-passagers, la zone fret bouillonne d’activités.

C’est un ballet incessant de véhicules. Devant le bureau des Douanes, une vingtaine de personnes attendent de remplir les formalités d’usage. Non loin de là, les travaux du village cargo dont la gestion est confiée à un privé sénégalais, plus précisément Teylium, avancent à grands pas. Ici aussi, après des débuts difficiles, les choses semblent avoir retrouvé leur rythme normal. 
« Beaucoup de contrevérités ont été distillées à propos de la zone fret. La réalité est qu’au moment de rejoindre Aibd, tout le personnel n’avait pas les réflexes nécessaires et l’organisation n’était pas totalement au point. Mais cela concernait plutôt les compagnies spécialisées dans le fret qui avaient besoin de faire auditer les installations. Les audits étaient programmés entre le 13 et 15 décembre et dès qu’ils ont été terminés, le 20 décembre, Lufthansa a commencé ses opérations », a expliqué le ministre sur les ondes d’une radio privée de la place. Ainsi, 2061 tonnes de fret ont été traitées dont plus de 990 tonnes au départ d’Aibd.

Une offre de transport diversifiée
Des taxis jaunes, des taxis aérocab, des limousines, des bus classiques et express sont affrétés par les sociétés de transports pour desservir l’Aéroport international Blaise Diagne avec des tarifs bien étudiés pour satisfaire tous les usagers.

En ce mercredi matin, un vent poussiéreux balaie l’Aéroport international Blaise Diagne. Des accompagnants de passagers en partance pour le Ghana, la Mauritanie, l’Europe, l’Asie et d’autres contrées attendent dans le hall. Certains sont en train de se restaurer dans l’un des restaurants-bars.

Dehors, les véhicules attendent les clients. L’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) se caractérise par une offre de transport diversifiée. Plusieurs sociétés de transport publiques que privées sont présentes à la plateforme aéroportuaire. Si certains opérateurs proposent un paquet de services, d’autres ont une cible bien déterminée avec un tarif bien étudié qui prend en compte plusieurs facteurs dont le péage sur l’autoroute.

Bus AibdLa société publique de transport Dakar Dem Dikk propose en plus des lignes classiques, des navettes express. Les tarifs qui varient entre 3000 et 6000 FCfa. Un agent hésitant dans un premier temps vante les avantages de l’offre de la société publique de transport. « Nos lignes sont régulières et ponctuelles. Nos bus n’attendent pas d’être pleins. A l’heure, ils prennent le départ », confie-t-il, sous le couvert de l’anonymat. Justine, une passagère, confirme. « Notre bus a pris le départ à l’indiquée indiquée », affirme-t-elle, satisfaite par le service. En plus de l’offre vers la capitale, la société publique de transport Dakar Dem Dikk a pensé aux populations de l’intérieur du Sénégal. Des bus sont positionnés à Thiès et à Mbour. Les passagers qui viennent de l’axe Nord du pays peuvent emprunter les bus de Dakar Dem Dikk à Thiès alors que ceux qui viennent de l’axe Sud peuvent prendre les bus à Mbour pour rallier l’aéroport international Blaise Diagne. 
A côté, de nouvelles compagnies proposent leurs services. Il s’agit, entre autres, de Senecartours, Dakar-Limousine, des chauffeurs de taxis jaunes qui étaient présents à l’aéroport Léopold S. Senghor. La société Senecartours qui gère le parking propose des bus de 25 à 35 places avec climatisation (aérobus). Elle met également à disposition des clients des taxis « aérocab ». Une présence qui n’est pas du goût des chauffeurs de taxis jaunes. Ils estiment que ces nouvelles compagnies sont favorisées par rapport à eux. « Comment peuvent-elles (les autorités) nous expliquer la différence des tarifs entre les taxis « aérocab » et les nôtres ? », se demande Serigne Ngom. Il assure que leurs véhicules ont tous les commodités. « En fait, l’Aéroport international Blaise Diagne, c’est pour Mbaye Sarr alors que ces véhicules sont des clandos », raille Lamine Touré. Un agent de Senecartours qui a requis l’anonymat en rit. Il prend la remarque avec philosophie. « On ne peut pas empêcher les gens d’avoir leur opinion et même de jaser. Mais nous avons un parc de véhicules neufs et nous assurons un service de qualité », se défend-il. Notre interlocuteur, en bon agent marketing, vend bien l’offre de service de Senecartours. « Nous avons souscrits à une assurance tous risques. De plus, quand un de nos véhicules tombent en panne en cours de route, un autre chauffeur est dépêché aussitôt sur les lieux pour le ramener jusqu’à destination. Ce service peu d’opérateurs le propose », déclare-t-il.

Quant à la compagnie «Dakar Limousine », elle est spécialisée dans le transport haut de gamme de voyageurs et de personnalités avec « des véhicules confortables, spacieux, élégants et adaptés ». « Nous avons des chauffeurs professionnels, expérimentés qui ont une parfaite connaissance des routes et chemins du Sénégal », confiait Alexandre Sène, le directeur général de Dakar Limousine au lancement de ladite compagnie. Il souligne que leurs véhicules sont équipés de « climatisation, wifi, de tablettes connectées, de chargeurs de téléphones, de journaux, de friandises, de rafraichissement ». Cette offre diversifiée fait le bonheur des usagers. Ceux qui atterrissent à l’Aéroport international Blaise Diagne ne sont plus abordés par des chauffeurs qui proposent leurs services avec insistance.

Mamadou GUEYE

VILLAGE DE KATHIALIK : Au nom des us et coutumes
Kathialik villageTrès attachés à leur culture ancestrale, les habitants de Kathialik dont le village est contigu au mur de clôture de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) ne souhaitent pas rejoindre le site de recasement mis à leur disposition quatre kilomètres plus loin. Les autorités aéroportuaires, quant à elles, entendent leur faire changer d’avis par le dialogue.

On était parti pour une interview en tête-à-tête avec le chef de village Mbaye Faye et son fils Mansour Faye, on se retrouve finalement au milieu d’une sorte de forum villageois sous l’ombre du grand arbre qui domine la vaste cour de la concession familiale. Pour les populations de Kathialik ou ce qui en reste, la question de la cohabitation avec l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) est un sujet qui intéresse au plus haut point. A telle enseigne qu’à chaque fois que des gens viennent les rencontrer pour en parler, elles se mobilisent autour de leur chef de village comme pour montrer leur solidarité.

Ce matin du 3 janvier, le village de Kathialik est plongé dans un silence de cimetière. Des trois villages qui étaient dans l’emprise du nouvel aéroport, il est le seul dont l’écrasante majorité des habitants rechigne à rejoindre le site de recasement mis à leur disposition à quatre kilomètres. Situé à l’Ouest de la plateforme aéroportuaire, on accède à Kathialik par une bretelle qui part de la route principale menant au Pavillon présidentiel. De prime abord, le village, bercé par le bruit des feuilles des manguiers et des palmiers, semble inhabité. Pas une âme qui vive. Il faut donner de la voix pour déceler enfin signe de vie. Un petit conciliabule et une dame nous conduit chez le chef de village qui rapplique de son champ dès qu’il a été averti de notre présence. Le contact chaleureux, Mbaye Faye, flanqué de son bras droit, son fils Mansour Faye, laisse à ce dernier le soin d’expliquer les raisons du conflit qui les oppose aux autorités aéroportuaires. « Nous sommes des patriotes et quand l’intérêt du pays est en jeu, nous ne pouvons que nous soumettre. Mais là, il se trouve qu’on veut nous faire déguerpir alors que nous ne constituons aucune menace pour la sécurité de l’aéroport car n’étant ni dans l’enceinte, ni dans son emprise. Il y a déjà une barrière sécuritaire, et aujourd’hui ils veulent construire un autre mur qui va traverser notre village. Nous ne pouvons pas accepter. Nous avons assez donné à cet aéroport », explique Mansour Faye, plan à l’appui. Il est repris au rebond par son père. « Le périmètre de l’aéroport est déjà bien délimité mais à chaque fois, ils grignotent sur nos terres alors que nous avons cédé nos champs et nos lieux sacrés. Même avec tout l’or du monde, nous préférons rester ici où nous avons nos repères culturels et notre patrimoine matériel et immatériel », martèle le sexagénaire d’une voix pleine de détermination sous les hochements approbateurs du cercle de personnes qui avait fini de se former autour de lui.

Perte de repères
Ces paroles du chef de village rappellent celles qu’avait tenues le Dr Kaly Niang, sociologue à l’Aibd, dans un entretien accordé au Soleil et qui montrent le caractère sensible et difficile de ce dossier. « Un déplacement de populations est parfois assimilé à une perte d’identité culturelle; ce qui explique souvent les réticences et autres conflits entre populations autochtones et allochtones. Au-delà de la perte d’identité ou du patrimoine matériel comme immatériel, les populations déplacées perdent leurs repères historiques et leurs cadres de socialisation ». Pour les besoins de la construction l’Aibd, les populations des villages de Khessoukhate, de Mbadatte et de Kathialik qui se trouvaient dans l’emprise de la plateforme aéroportuaire devaient être déplacées et réinstallées sur un site situé à 4 kilomètres suivant les normes de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (Bad). Un recensement mené par Aibd Sa à l’époque avait relevé que sur les 2661 personnes affectées, 36 % sont de Kathialik. Si les populations de Khessoukhate et de Mbadatte ont accepté, après de longues négociations, de quitter leurs villages d’origines et de rejoindre le site de recasement doté de toutes les commodités, celles de Kathialik, dans leur écrasante majorité, précisément 34 familles, ne souhaitent pas déménager. Cela, malgré l’absence d’eau, d’électricité, de structures scolaires et sanitaires, dans leur village niché à la limite du périmètre de sécurité de 350 mètres du nouvel aéroport. L’Aibd est ceinturé par deux clôtures de sécurité. La première clôture est celle réglementaire qui épouse les normes de l’Oaci et qui protège l’infrastructure avec tous les mouvements. Ensuite, il y a un autre mur qu’Aibd S.a a décidé de construire pour protéger les 4.500 hectares de l’aéroport. Au-delà de ce mur, il est prévu un périmètre de sécurité de 350 mètres qui empiète sur le village de Kathialik. « Ils nous ont déjà pris quelques maisons, ils n’ont qu’à nous laisser le reste. Ils ont déjà leur périmètre de sécurité de 350 mètres, pourquoi vouloir encore allonger ce périmètre ?», se demande Mbaye Faye. Son fils Mansour soupçonne une volonté de les spolier et d’y construire des logements pour des gens venus d’ailleurs. « Nous avons nos réalités, nos us et coutumes à préserver.

Poursuivre le dialogue
Tout ce que nous voulons, c’est qu’on nous laisse vivre ici. Nous ne voulons pas du site de recasement dont la configuration est loin de répondre à nos réalités sociologiques », dit-il. Mais le dialogue n’est pas rompu entre Aibd S.a et les populations de Kathialik. Ces dernières ont obtenu des autorités aéroportuaires que le tracé du mur de clôture, qui devait traverser le village et empiéter le cimetière, soit dévié. Une volonté de la part d’Aibd S.a de ne pas envenimer la situation. « Les discussions continuerons jusqu’à l’obtention d’un consensus fort et durable. Il n’est pas de notre intérêt d’user de la force publique pour convaincre, mais bien au contraire, nous allons poursuivre la médiation sociale sans faiblesse coupable ni cruauté inutile. Après tout, ce sont des Sénégalais à part entière qui y vivent depuis le 16ème siècle, nous devons prendre en charge leur préoccupations pour que l’aéroport devienne une véritable opportunité de développement pour ces communautés », confiait Dr Kaly Niang.

Elh. I. THIAM

DEPART LEOPOLD SEDAR SENGHOR, RETOUR AEROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE : Comme à New York-JFK et Paris-CDG
Aéroport Blaise DiagneNouvel aéroport, nouvelles mœurs. Ici, pas de système D, pas de passe-droits, pas de prises de tête ni de protestations, c’est chacun son tour, c’est rapide, pourvu que cela dure. On n’attend pas plus qu’à JKF, toutes proportions gardées.

J’ai quitté Dakar mi-novembre en empruntant ce bon vieil aéroport de Dakar-Yoff, de son nom de baptême aéroport international Léopold Sédar Senghor (Ailss). Laissant à ma ville natale sa chaleur, ses habitants indisciplinés, ses badauds scotchés à l’aérogare et leurs trafics en tous genres de survie dans la jungle du macadam. Malgré les améliorations apportées par couches successives à la sureté, et notamment la sécurité, à la mobilité des voyageurs du parking à l’embarquement, il y avait toujours un gugusse qui vous proposait, en douce, un petit commerce en dehors des circuits officiels agréés : change louche, chariots étrangement payants, transport douteux en low cost et tout ce que vous pouvez imaginer. Et telles des piqûres de moustique indésirables, les propositions étaient plus ou moins insistantes et agressives selon le genre (fille) et la provenance (touriste blanc). Même les barrières ne les arrêtaient point car ils avaient ingénieusement, c’est-à-dire « sénégalaisement », contourné l’obstacle en « embauchant » à l’intérieur des frontières interdites des « collègues » qui, eux, sont des employés réguliers de la zone aéroportuaire.

Accent tchi tchip
N’ayant pas remarqué le bureau de change officiel, je sors et me dirige vers la banque. La trouvant fermée, le vigile (sic) de l’établissement bancaire, dramatise à souhait la situation: « Madame, la banque n’ouvrira que demain, bla bla ». Pendant son speech, j’envoie un texto à une voyageuse de mes connaissances et elle me renseigne rapidement. Estimant m’avoir suffisamment affolée, le vigile à plusieurs casquettes m’offre enfin ses services de facilitateur de change et s’apprête à appeler son copain cambiste pour qu’il rapplique dare-dare et me pompe mon argent de poche, gagné à la dure! Désolée mon petit gars, je fréquentais Dakar-Yoff avant même ta naissance; va proposer ton change à deux balles à d’autres pékins. Je le lui ai dit avec un accent de tchip tchip (Parisienne de Dakar).

A l’intérieur, dans l’aérogare, la dame du change officiel me fait mon affaire efficacement, avec le sourire et un reçu. Pas d’arnaque, pas de souci. Cela change du système D. Cela fait presque oublier que les chariots de l’aérogare sont tous, depuis bien longtemps, pourris, désaxés et terriblement sales. Selon une source à l’aéroport, ce sont des chariots usagés dont les grands aéroports se débarrassaient et qui trouvaient preneurs chez nous. Voilà qui pourrait expliquer que le chariot va dans une autre direction que celle qu’on lui imprimait.

Le passage à la police de l’aéroport est toujours pour moi le plus agréable après la lente file d’attente à l’enregistrement: professionnalisme, courtoisie et respect semble être leur devise. En faisant preuve de la même courtoisie, le voyageur peut tranquillement faire ses formalités. Un petit sourire ou un mot gentil, cela ne fait pas de mal même à un policier. Ils sont des êtres humains comme nous autres.

Même chose au passage à la douane. Les fonctionnaires des douanes sénégalaises semblent cibler les voyageurs selon des critères propres à eux, derrière une indifférence qui n’est qu’apparente. Ils travaillent en amont, aidés par le renseignement et les informations. Les vrais fraudeurs, les porteurs de valise et de biens prohibés, ça les connaît.

La queue pour embarquer sur la compagnie qui vous transporte à Roissy Charles-de-Gaulle est encore plus pénible que les « rats » d’aéroport. Dans ce couloir étouffant et inconfortable, on voit déjà que la messe est dite pour Ailss. Durant le vol, mon voisin de siège, un Anglais de 70 ans, me pompe l’air, en anglais, avec les photos sur son smartphone de ses vacances au Sénégal - que des jeunes nymphes à sugar daddy - et ses leçons de démocratie. Je lui réponds sèchement de garder ses leçons et de me cacher ces seins nus que je ne saurais voir. Quel effronté ! Le steward vient voir ce qui se passe.
 
La messe est dite
AibdTout se passe bien à Roissy, où en attendant mon vol pour New York-JFK, je me repose sur de confortables méridiennes en cuir après un rafraichissement dans les toilettes très propres du Terminal 2 E. Que du luxe et de l’apparat étalé partout, on se croirait au royaume opulent du moderne et contemporain. Pourtant ce n’est pas le cas partout dans ce terminal. A la porte où on embarque pour le retour à Dakar, les toilettes, ce n’est pas vraiment pas la joie: petites, en nombre insuffisant et aucun faste. Tout l’effort est mis sur l’aérogare où tous les vols internationaux de la compagnie nationale atterrissent, pour séduire le voyageur et l’inciter à revenir. Ce n’est pas bête, mais va falloir pousser l’effort jusqu’au bout.

A New York, le terminal d’arrivée du vol de la compagnie française est bien plus court que celui du vol de la compagnie américaine Delta qui dessert Dakar en vol direct sur la Grosse Pomme. Avec Delta, toutes les « driankés » sénégalaises s’abonnent au fauteuil pour personnes à mobilité réduite tellement tu as le temps de revenir à Dakar avant de finir de parcourir les innombrables couloirs qui te mènent au passage à la police. Finalement, au retour d’un précédent voyage aux Etats-Unis, j’avais boudé Delta parce que leur appareil est ridiculement petit et inconfortable. Cela dit, il est arrivé qu’un vol Air France soit changé à la dernière minute pour raison technique et que pour rejoindre l’appareil dans un no man’s land de Roissy-CDG, le voyage en bus était presque aussi long qu’un jour sans pain pour un Sérère... C’était le cas l’après-midi du 1er décembre 2016 sur un vol AF 718 pour Dakar-LSS. Dans le bus qui n’arrêtait pas de rouler, on avait fini par penser que la compagnie comptait nous faire voyager par car au Sénégal. Finalement, après plusieurs lignes droites et virages sur des kilomètres, et bien des fous rires, notre appareil était là et bien là avec un équipage. Et cerise sur le gâteau, le vol était quand même arrivé dans les temps.

C’est toujours mieux que la défunte compagnie nationale Air Sénégal ou Air Sénégal International. En janvier 2007 ou 2010, entre Paris et Dakar, le personnel naviguant, au lieu de régler le problème posé par un passager, vaquait à ses occupations comme si de rien n’était. Ce passager, un Sénégalais expulsé, un costaud à l’esprit un peu dérangé, soliloquait depuis le départ de l’aéroport d’Orly et ressassait son amertume, accusant Me Wade et le Sénégal de l’avoir fait expulser en signant des accords avec la France dans ce sens. Durant trois heures, il avait fallu subir son propos décousu au débit ininterrompu, même quand les lumières ont été réduites pour permettre à ceux qui le voulaient de piquer un petit somme. Au moment de survoler le Maroc, c’est une passagère, plus agacée que craintive du bonhomme, qui l’a fait taire avec beaucoup de fermeté en lui promettant au besoin de l’interviewer une fois arrivé à Dakar. Devant tant de hardiesse, il s’était tu et fait tout petit. Pourtant, il y avait des baraqués parmi les stewards. On espère que cela n’arrivera pas avec le nouveau pavillon sénégalais.
 
Polémique stérile
Alors que sur les billets, l’aéroport de Dakar LSS était toujours prévu pour le retour, dès le 4 décembre, au plus fort de la polémique nationale sur l’ouverture de l’Aibd, la compagnie nationale française informait ses passagers de l’ouverture du nouvel aéroport international Blaise Diagne le 7 décembre, en remplacement de l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Le numéro de vol ainsi que les heures de départ et d’arrivée restaient inchangés. Elle attirait l’attention des voyageurs sur la distance entre Dakar et Diass (50 km au panneau) et recommandait d’en tenir compte pour le temps de trajet. C’est ce qu’on attend d’une institution professionnelle. A ce moment-là, il était clair que toutes les polémiques, critiques et controverses, un sport national au Sénégal, étaient stériles. Et qu’il pleuve ou qu’il vente, j’allais atterrir à l’Aibd de Diass et rencontrer ce bijou d’infrastructure que nous devons au génie de la continuité gouvernementale du Sénégal. Le Sénégal reste le Sénégal, quels que soient les régimes et les pouvoirs élus.

Partie de Ailss en 2017, je rentre par Aibd en 2018, quelle meilleure manière d’entamer la nouvelle année après l’avoir célébrée à douze mille mètres d’altitude au dessus de l’Atlantique Nord et en A380 s’il vous plaît. Le pied ! Au moment d’atterrir, il y a plus de brousse que des lumières à partir du hublot. A l’approche, on aperçoit bien la Petite-Côte et ses hôtels illuminés qui la bordent, de même que la route nationale 2 grâce aux phares des voitures et des camions. Puis plus rien. Juste avant le balisage de seuil de piste, on devine bien de la broussaille mais c’est tout. Ce pilote est divin, il vient de poser son B777-300 comme on poserait un bisou sur la joue de son bébé endormi. A présent, on voit bien les balisages lumineux qui délimitent les deux bords de la piste et au loin le halo vif des lumières de la nouvelle-née, au fur et à mesure du roulage. L’excitation monte à bord pour les néophytes de l’Aibd comme moi en tout cas.

A la sortie de l’appareil, miracle, plus de coupée ni de bus, mais des passerelles comme à New York et Paris. Ensuite, des couloirs vitrés et des escalators, comme à Washington et Dubaï. Et des postes de police rutilants, des policiers éclatants et des carrelages tellement brillants que tu peux te mirer avec. Une aération fraîche et agréable. Des voyageurs calmes et pas agressifs du tout. 
Comme à New York et à Paris, une ligne jaune visible ou on appelle les voyageurs un par un, « au suivant » et de la transparence partout et dans tout. Ici, pas de système D, pas de passe-droits, pas de prises de tête ni de protestations, c’est chacun son tour, c’est rapide, pourvu que cela dure. On n’attend pas plus qu’à JKF, toutes proportions gardées. Après la police, j’ai demandé à voir le Commissaire de l’aéroport. Légère hésitation, le patron n’est pas disponible, il y a un problème Madame ? Large sourire lorsque je dis que je voudrais lui exprimer ma satisfaction pour le good job effectué lorsque j’ai lu dans la presse qu’il avait mis un terme net à l’envahissement naissant des « rats » d’aéroport. La commissaire présente m’emmène voir une autre commissaire toujours dans le hall après la police et je lui répète mes félicitations et encouragements à continuer de faire de l’Aibd un aéroport émergent.

Salon AibdEmergent comme l’aéroport international (et domestique) Nelson Mandela de Praia, où n’accèdent que les voyageurs munis d’un passeport et d’un billet, et où ne circulent que des taxis neufs qui font la queue. Il n’y a pas de badauds ni de trafiquants dans les trois aéroports internationaux du Cabo Verde (nouvelle appellation officielle de la République du Cap-Vert) car la police y est très sévère et respectée. Pas de quartier pour les délinquants là-bas, la police tire à balles réelles et circule en tenue de Ninja pour ne pas subir de représailles de la mafia des drogues.

Contrairement à ses débuts laborieux, l’aéroport Blaise Diagne délivre les bagages des voyageurs à un rythme normal. Arrivés à 21h20, certains passagers ont récupéré très vite leurs bagages dès qu’ils sont parvenus aux tapis roulants. La plupart, dont moi, ont attendu plus longtemps, mais c’est raisonnable. Mes deux valises sont arrivées avec un décalage de 15 minutes. La première a daigné sortir à 21h35 et la seconde à 21h50. Je m’en sors pas mal et l’attente me permet de prendre des notes sur ce qui se passe. Les chariots sont tous neufs et disponibles en nombre suffisant, de plus ils roulent bien dans la direction voulue. Ici, pas d’oisifs mais des employés en gilet jaune floqué 2AS. Ils rassemblent des valises dans un coin pour les emmener à leurs propriétaires au service réclamation. Monsieur Mané, l’un d’entre eux, m’explique que ce sont des valises qui n’avaient pas été embarqués la veille à Paris par la compagnie qui m’a transportée, parce qu’elle aurait été en en surpoids. Elle les a transportés sur le vol suivant, le mien en l’occurrence.
 
Ici, pas d’oisifs
A son tour, m’ayant vu prendre des notes sur mon carnet de cuir jaune citron, il me demande si je fais une évaluation pour Air France. Je lui réponds que j’en suis flattée, mais que je suis journaliste du Soleil et je documente mon passage à Aibd pour mon reportage de la rubrique « Carnet de voyage ». En revanche, derrière un panneau à côté du tapis roulant, il y a beaucoup de valises qui attendent leurs propriétaires. Leur compagnie ne doit pas être aussi efficace que la mienne. Au sortir du tunnel, les valises de travers ont tendance à frotter le mur blanc qui se retrouve sali, sans compter les gars déjà fatigués à 30 ans qui s’appuient dessus. Il y aurait intérêt à le peindre en couleur plus sombre. Pour dire la vérité, il y avait aussi deux dames, une Européenne de grande taille rougie par le soleil et une Sénégalaise en boubou et «moussor» (foulard), assises sur un bout du tapis d’à-côté, fatiguées d’attendre leurs valises du vol de la veille. Personne ne leur dit rien. Mais elles finissent par se lever devant le visage réprobateur des passagers qui se sont sans doute appropriés leur nouvel aéroport.

Autre nouveauté, il n’y a pas eu de valises ouvertes, ni déchirées ou vandalisées. C’est un employé de l’AIBD qui m’a aidé à poser mes deux valises sur le chariot. Je l’ai remercié, mais quelle surprise : est-ce la nouvelle attitude AIBD ? Un autre employé qui m’a dit être Volontaire des transports aériens, m’a guidée et orientée vers la sortie. Nouvel aéroport, nouvelles mœurs. Dehors, le parking est immense. Dommage que l’autoroute à péage soit aussi sombre après tant d’éclat. Désormais, j’’attends de voir la zone Départs avec impatience. Bon vent aéroport Blaise Diagne!

Auteur: Dié Maty FALL - Le Soleil






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Seninfolive.com En Janvier, 2018 (20:11 PM) 0 FansN°: 1
SenInfoLive c’est le site vous permettant de suivre l’actualité nationale et internationale, sur tous les domaines, à la seconde. Tout ce qui se dit ou se raconte sur l’actualité nationale voire internationale est sur SenInfoLive. Et même quand les choses se disent et se contredisent. Comme lors des grands événements. SenInfoLive est toujours à la pointe de l’information. Donc, si vous voulez tout savoir en temps réel, surtout lors des grands événements où l’actualité va très vite, alors vous vous trouvez sur le site incontournable des passionnés de l’actualité. Grâce à notre flux d’actualité sur tout ce qui se passe, notre site va chercher les informations qui paraissent sur les sites spécialisés dans les infos : politique, économie, sport, fais divers, revue de presse, social, high-tech, religion, éducation, musique ...
Anonyme En Janvier, 2018 (20:41 PM) 0 FansN°: 2
Reply_author En Janvier, 2018 (22:05 PM) 0 FansN°: 1
c'est trop beau pour être vrai !

et ça coûte beaucoup trop cher
Reply_author En Janvier, 2018 (08:30 AM) 0 FansN°: 1
les complexes de dakar, mounane parisienne, non je reve.
Reply_author En Janvier, 2018 (09:52 AM) 0 FansN°: 2
macky a rÉduit de 100 milliard le contrat des wades
Anonyme En Janvier, 2018 (20:42 PM) 0 FansN°: 3
Belle plume, quelle agréable promenade que de leur ce texte.
Anonyme En Janvier, 2018 (20:56 PM) 0 FansN°: 4
Et vous avez été payé ou soudoyé combien pour écrire des inepties des contres feux des contres vérités.La moitié de votre article est fait pour glorifier un échec cinglant.On se croirait au bon vieux temps de la Pravda en Russie.Allez sur Facebook et vous comprendrez.le temps où on regardait son nombril pour dire que tout va bien est révolu.La preuve Adios Blaise Diane viva Banjul.Hasta la vista
Anonyme En Janvier, 2018 (21:07 PM) 0 FansN°: 5
La lettre de aliou sall est plus agréable à promener tchip
Koumpeu En Janvier, 2018 (02:01 AM) 0 FansN°: 1
koumpeu
quel tissu de conneries tu racontes.
Koumpeu En Janvier, 2018 (02:01 AM) 0 FansN°: 6
KOUMPEU

Quel tissu de conneries tu racontes.
Anonyme En Janvier, 2018 (09:47 AM) 0 FansN°: 7
Tres beau texte et très riche mon cher journaliste, il faut apprendre aux autres. Jaloux va!!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com