Le franc CFA, un handicap pour l’intégration africaine

  • Source: : APS | Le 09 mai, 2017 à 21:05:19 | Lu 3309 fois | 34 Commentaires
content_image

Le franc CFA, un handicap pour l’intégration africaine

Le franc CFA, une devise partagée par 14 pays d’Afrique subsaharienne plus les Comores, ne favorise pas l’"intégration économique", a soutenu, mardi à Dakar, l’économiste Chérif Salif Sy, insistant sur la fuite des capitaux. 
 
"Le franc CFA ne favorise pas l’intégration économique et pousse à la fuite des capitaux dans la zone CFA", a-t-il dit, lors d’une conférence portant sur la création d’une monnaie unique dans l’espace CEDEAO, organisée par le groupe pour la prospective et le développement en Afrique (GPDA).
 
L’économiste estime fondée la revendication de la jeune génération africaine qui demande la rupture avec le franc CFA, créé en 1945 par les colons français. Chérif Salif Sy souligne que les chefs d’Etat africains ont été les premiers à porter cette revendication.
 
Le franc CFA est lié à l’euro par un système de parité fixe en contrepartie de laquelle, les Etats versent 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français.
 
De nombreuses voix s’élèvent de plus en plus, dans les milieux intellectuels et au sein de la société civile, pour critiquer un système qualifié de "servitude monétaire".
 
"Il ne ferait que du bien à l’économie africaine que les chefs d’Etat décident de rompre avec le Franc CFA pour créer leur propre monnaie", a soutenu Chérif Salif Sy. 
 
"Les deux leviers les plus nocifs pour tuer le développement d’une économie sont l’autofinancement et la variation de la créance", ajoute-t-il, soulignant que "le problème, ce n’est pas la monnaie, mais sa gouvernance".
 
Pour sa part, le directeur général de l’Agence monétaire ouest-africaine (AMAO), Professeur Mohamed Ben Omar Ndiaye, annonce que "les chefs d’Etat ont approuvé la feuille de route qui retrace les critères à respecter pour aller vers la création d’une monnaie unique".
 
"Si tout se passe bien en 2020, toutes les monnaies nationales vont devoir disparaître, même si des difficultés structurelles et conjoncturelles existent", a fait savoir M. Sy. "Le problème des monnaies africaines, c’est qu’elles ne sont pas convertibles", a déploré l’économiste.

 


Auteur: Aps - APS

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (9)


Anonyme En Mai, 2017 (22:18 PM) 0 FansN°: 1
Please get rid of this shit inherited from the NAZI
Anonyme En Mai, 2017 (00:53 AM) 0 FansN°: 2
Anonyme En Mai, 2017 (02:26 AM) 0 FansN°: 3
Le franc CFA a été créé sous degaulle en 1945, après la 2eme guerre mondiale et la liberation de la france, a laquelle nos peres et grand-peres tirailleurs ont contribué, pour mieux exploiter economiquement les colonies africaines de la france. Degaulle ne faisait qu'appliquer sur les colonies africaines de la france le meme systeme de domination et d'exploitation que l'Allemagne nazie, faciste exerçait sur la france pendant l'occupation allemande. Depuis lors, la france n'a jamais envisagé de déserrer son étreinte, sa domination sur l'Afrique: chaque année, c'est plus de 400 milliards d'Euros provenant d'Afrique que le mécanisme du franc CFA rapporte à la France. Et avec nos dirigeants esclaves de la france, ce n'est pas demain (2020, comme annoncé) que nous créérons notre propre monnaie.
Anonyme En Mai, 2017 (07:11 AM) 0 FansN°: 4
La critique est facile et acerbe! Quelle alternative de solution concrete et viable vous offrez au pays Africain?



 :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
Anonyme En Mai, 2017 (08:28 AM) 0 FansN°: 5
Il est évident que les monnaies Africaines ne soient pas convertibles car ce sont des monnaies de singe .....si une nouvelle monnaie est créée elle sera de factoi 50% plus basse que le franc CFA actuel et les réserves de change seront vite épuisées pour défendre cette monnaie , vu le laxisme des dirigeants Africains ont peut parier sur des dévaluations successives un peu comme pour le Zimbabwé !......ces économistes Africains sont d'une

nullité affligeante !!!
Anonyme En Mai, 2017 (09:27 AM) 0 FansN°: 6
Si le France ne garantie plus le FCFA, ces dirigeant africains guignols vont se lancer vers la création d'une monnaie qui sera vite dévaluer entraînera la sortie de plusieurs pays de la nouvelle monnaie. Au finish il n'y aura plus de monnaie commune. Arrêtez vos bêtises et laisser la france assurer cette monnaie, nous avons des dirigeants irresponsables, nos économies sont trés fragiles, nos régimes politiques instables. si une nouvelle monnaie est créée elle sera de factoi 50% plus basse que le franc CFA actuel et les réserves de change seront vite épuisées pour défendre cette monnaie  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang:  :fbhang: 
Anonyme En Mai, 2017 (09:39 AM) 0 FansN°: 7
SUPER ET MA RETRAITE AUGMENTERA DE 100% :xaxataay: 
Anonyme En Mai, 2017 (11:55 AM) 0 FansN°: 8
Pour une monnaie unique, nous avons besoin d'économistes praticiens technocrates et non de beaux parleurs ( grands théoriciens qui ne font que réciter des leçons: leçons très bien sues).

 :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy:  :joyy: 
Mor  En Mai, 2017 (16:09 PM) 0 FansN°: 9
Le débat sur le franc CFA , c'est comme l’histoire de l’élève en situation d’échec scolaire (pays sous-développé) qui veut changer d’écoles (monnaie).



Selon son explication, c’est le niveau du collège Seng de la Savane (franc Cfa) et la mauvaise qualité des cours (parité fixe avec l’euro) qui explique ses mauvaises notes.

Il ne mentionne pas « qu’il fai..sait » l’école buissonnière, qu’il manquait à ses devoirs, et il préférait le foot et chahuter en classe……., ce qui explique sa situation actuelle.

Mais il jure que s’il entre à l’établissement Central-Plateau (monnaie Cedeao), il va être un brillant lycéen (émergence). Mais les mêmes causes produisant les mêmes effets….,….



Il n’y a que le travail acharné et de qualité , la productivité nationale et la transformation structurelle de nos économies qui peuvent nous sortir du sous développement avec de bonnes infrastructures , la valorisation de nos matières premières , une intégration logistique efficiente (routes, chemin de fer.. ) , la formation adéquate de nos jeunes, etc…..



Les artefacts monétaires ne sont que des outils même s’ils sont chargés symboliquement ; si nous réussissons à mettre en place la monnaie unique de la Cedeao, sans compétitivité structurelle et un tissu productif puissant, nous resterons dans la pauvreté.



Les rentes pétrolières et autres peuvent doper la machine économique quand les prix sont hauts mais la crise arrive avec la chute des prix si l’économie n’est pas structurellement diversifiées ; et ce ne sont pas les drogues monétaires comme la planche à billet qui vont changer la situation.



Les cas du Tchad ou du Nigéria sont édifiants pour ne pas enfoncer le clou.



Aujourd’hui, le Consensus de Rio et le Consensus de Shanghai qui sont des réponses autrement plus pertinentes aux solutions néolibérales du Consensus de Washington font l’objet d’inspirations très régénérant pour le développement et les Lions de l’Atlas s’en inspirent grandement.



Pour mémoire le Maroc compte aller vers plus de flexibilité monétaire, ils sont adossés à l’euro et au dollar (60/40 si je ne trompe pas..) mais ils pensent qu’ils ont des pré-requis à respecter avant cela.



Donc prudence.





Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com