Crise Scolaire : Le G6 déterminé à poursuivre son combat

  • Source: : APS | Le 26 avril, 2018 à 01:04:00 | Lu 1832 fois | 1 Commentaires
content_image

Crise Scolaire : Le G6 déterminé à poursuivre son combat

Les syndicats d’enseignements les plus représentatifs regroupés autour du G6 ont réaffirmé, mercredi, à Diourbel, leur détermination à poursuivre leur combat tout en invitant le gouvernement à "engager des discussions franches".

Le G6 a organisé le même jour une marche nationale à Diourbel. Etaient présents des élèves, des parents d’élèves, des membres du mouvement Y en a marre (Thiatt et Kilifa).

Le secrétaire général national de l’Union démocratique des enseignants (UDEN), Abdourahmane Guèye a salué la grande mobilisation des militants de Diourbel.

Selon lui, "après Dakar, Thiès, Kaolack, Saint-Louis, Ziguinchor, voilà Diourbel qui gagne le pari de la mobilisation. Un engagement sans faille, une détermination parfaite à arracher la victoire qui est toute proche".

Abdou Faty, secrétaire général du Sels A, a exhorté ses camarades à "ne pas céder devant les menaces brandies par les autorités".

"Nous opposerons aux menaces cette détermination. Les menaces ne passeront pas. Nous ferons face ensemble, nous résisterons ensemble, nous donnerons courage à ceux qui ont peur", a-t-ildéclaré.

Abdoulaye Ndoye, secrétaire général du Cadre unitaire des syndicats de l’enseignement du moyen secondaire (CUSEMS), a quant à lui déploré la stratégie de "diabolisation" utilisée par le gouvernement pour mettre en mal les enseignants avec l’opinion publique.

"Face à nos revendications légitimes qui s’articulent autour de l’alignement de l’indemnité de logement, le paiement des rappels, la formation diplômante (…), la réponse du gouvernement du président Macky Sall est articulée autour de la menace, de la répression, de la diabolisation, de la désinformation. (...)", a-t-il dit, reprenant la devise des militaires : "On nous tue mais on ne nous déshonore pas".

"Dans un pays, lorsque les enseignants sont humiliés, bastonnés publiquement, c’est la ruine de l’Etat parce que l’école est le creuset de la citoyenneté", a-t-il lancé.

"Aujourd’hui, nous faisons face à l’arbitraire, à la diabolisation, aux menaces mais encore une fois (...) nous resterons debout dans la dignité, l’honneur et la grandeur. Nous n’allons pas sacrifier l’avenir de nos enfants, de nos neveux, de nos frères qui sont l’avenir du Sénégal", a-t-il poursuivi.

"On a entendu dire hier (mardi) qu’on nous avait remis des millions mais en réalité cet argent est une dette qu’on nous devait et le paiement n’est toujours pas terminé", a fait savoir le secrétaire général du CUSEMS.

Le gouvernement a demandé mardi la reprise immédiate des cours, non sans rappeler les initiatives qu’il a prises pour mettre fin à la crise scolaire, au nombre desquelles, "le reclassement et la mise en solde des enseignants contractuels qui a coûté 43 milliards de francs CFA de 2015 à 2017 (...)".

Le responsable du CUSEMS a par ailleurs invité le président de la République, Macky Sall à "monter au créneau" pour résoudre la question de l’école.

Toutefois, "si le gouvernement doit recevoir les secrétaires généraux, il doit recevoir le G6", a estimé Abdoulaye Ndoye.

Pour le secrétaire général du SAEMS, Saour Sène, "les enseignants seront responsables jusqu’au bout. Nous ne sommes plus prêts à sauver des années scolaires, nous sommes déterminés à sauver l’école sénégalaise".

Le gouvernement doit "respecter les accords signés" et engager "des discussions sérieuses et franches sur la question du régime indemnitaire et sur la question de l’indemnité de logement", a-t-il soutenu.

Saour Sène a invité ses camarades à "ne pas rompre cette dynamique unitaire jusqu’à la victoire qui est très proche". "Nous sommes le G6. Personne n’a le droit de trahir cette solidarité", a-t-il insisté.

M. Sène a annoncé que les membres du G6, une fois de retour à Dakar, vont tenir une réunion d’évaluation. Et si le gouvernement "ne varie pas dans sa position", un autre plan d’action sera déroulé dans les jours à venir.


Auteur: APS - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (1)


Anonyme En Avril, 2018 (09:20 AM) 0 FansN°: 1
Si le président est incapable de régler la situation, il doit donc dégager.

Ce sont les enseignants qui éduquent nos enfants,

ce sont eux qui passent plus de temps avec eux,

ce sont eux qui travaillent à l'école et à la maison,

ce sont eux qui vont dans leur lieu de travail avant l'heure,

ce sont eux qui quittent leur lieu de travail après l'heure, ...

Ces détenteurs du savoir ont besoin plus de respect et de considération.

Revaloriser le système éducatif, c'est revaloriser l'enseignant.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com