La directrice de la PNA plaide pour une industrie pharmaceutique nationale

  • Source: : APS | Le 03 mai, 2018 à 16:05:24 | Lu 1990 fois | 9 Commentaires
content_image

La directrice de la PNA plaide pour une industrie pharmaceutique nationale

L’investissement dans l’industrie pharmaceutique par des opérateurs économiques nationaux peut contribuer à réduire les délais d’acquisition en médicaments, a souligné jeudi la directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA). 
 
Selon elle, ’’un ajustement réglementaire, une industrie pharmaceutique locale forte’’ sont ’’deux facteurs qui pourront nous assurer un approvisionnement continu sans rupture de stock’’.

Dr Annette Seck Ndiaye faisait une présentation sur les procédures d’acquisition du médicament par la PNA lors d’une rencontre de partage d’informations avec l’Association des journalistes en santé population et développement.
 
L’idée est de ‘’supprimer’’ les longues procédures d’approvisionnement des appels d’offres internationaux ouverts (AOIO) dans le cadre de la commande locale et proposer des mesures incitatives pour amener le secteur privé national à investir davantage dans l’industrie pharmaceutique, a t-elle expliqué. 
 
Cet investissement pourrait également limiter les transferts de devises, selon la Directrice de la PNA, relevant que pour une enveloppe de 16 milliards de francs Cfa d’achats de médicaments, 10 pour cent est resté au pays.
 
’’L’industrie pharmaceutique est restée très fermée’’, a-t-elle soutenu. D’où le défi de ‘’faire du médicament un produit de souveraineté afin de le soustraire du Code des marchés publics’’.
 
En effet, a -t –elle souligné, ‘’il est difficile d’allier les règles de la commande publique à l’impératif de santé publique auquel la PNA doit répondre’’.
 
Entre équilibrisme et adaptabilité avec le contexte réglementaire, beaucoup d’éléments exogènes impactent le travail de la PNA en commençant par le pourcentage trop élevé de médicaments importés de l’ordre de 85%, a dit Dr Seck.                   
Ainsi, il s’agit, selon elle, de ’’renforcer les capacités de production du tissu pharmaceutique local en les amenant à élargir leur gamme de médicaments’’.
 
Pour le moment, le défi principal, selon Dr Seck, c’est d’arriver à ’’constituer une base de données des fournisseurs fiables pour réduire la durée de l’appel d’offres international ouvert’’. 
 
Les Appels d’offres internationaux requièrent un long processus avec une quantification des besoins et une élaboration des dossiers (20 jours), la passation de marchés (163 jours), la planification des commandes (10 jours) sans compter la livraison.


Auteur: Aps - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Anonyme En Mai, 2018 (18:54 PM) 0 FansN°: 1
Une très bonne idée: création d'emplois, croissance économique.

Les Lobbies pharmaceutiques ne se laisseront pas faire mais à la longue on peut le faire.
Reply_author En Mai, 2018 (19:12 PM) 0 FansN°: 1
oui mais il faudrait commencer par organiser/stimuler/financer la recherche scientifique dans ce domaine. l'industrie pharmaceutique tout comme les autres secteurs requiert des bases solides en innovation technologique et scientifique avec a la clef des brevets et decouvertes qui cristallisent +de 70% de la valeur ajoutee. le reste c'est de la poudre, de l'eau et des machines. nos industriels investissent peu les secteur a tres forte valeur ajoutee car ces derniers necessitent un effort considerable en recherche et developpement, ce qui releve de l'utopie dans un environnement ou les competences techniques reelles font defaut. je suis d'accord avec la dame dans le principe de promouvoir l'industrie nationale mais la on parle qd meme de medicaments...une piste peut etre, les generiques...imposer la production locale aux etrangers avec un transfert de competences/technologies pour avoir un acces privilegie au marche local...
Anonyme En Mai, 2018 (20:25 PM) 0 FansN°: 2
Eb fait il faut au moins commencer par les blends et le conditionnement dans les normes des produits generiques et travailler sur la base des premix pour au moins n immorter que l essentiel en laissant de côté les exipients qu on peut valablement remplacer ici par des bases locales. Il faut une association de pharmacologues et des processistes IAA.
Bathiesamba En Mai, 2018 (00:00 AM) 0 FansN°: 3
L'espertise existe!! Depuis combien de temps le Sénégal forme des pharmaciens qui font de longues etudes pour finalement ne vendre que des medicaments? Voila une idée pertinente qu'il faut rapidement concretiser! Si on peut mettre 1000 milliards pour une voyage Dakar-Diamniadio, on doit pouvoir faire avec peu de moyens des investissement utiles de ce genre!!
Emmanuel André En Mai, 2018 (00:04 AM) 0 FansN°: 4
Et dire que Pfizer nous a tournée le dos en décembre.
Anonyme En Mai, 2018 (06:18 AM) 0 FansN°: 5
Bonjour

C’est la première fois dans seneweb que je vois des commentaires aussi instructifs.

Merci à vous les gars, vous êtes bons.
Reply_author En Mai, 2018 (08:57 AM) 0 FansN°: 1
en effet ça fait plaisir.
Anonyme En Mai, 2018 (10:47 AM) 0 FansN°: 6
toujours dans des slogans creux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Anonyme En Mai, 2018 (03:44 AM) 0 FansN°: 7
Ah les afrcains malgré leurs hautes etudes. Ils cherchent toujours avec la notice IKEA. Incertitude ak aduna vont ensemble. Lancons nous!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com