Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Qui de Benno, de Manko ou de Wattu imposera le thème central des législatives

Posté par: Birame Ndiaye| Lundi 12 juin, 2017 22:06  | Consulté 2861 fois  |  0 Réactions  |   

Alors que la mouvance présidentielle tente d’attirer l’attention des électeurs sur ses réalisations, ses adversaires insistent sur les fautes et folies dans la gestion des deniers publics. Les uns parlent de bilan, les autres formulent des griefs et tous les deux camps se questionnent sur l’importance des offres alternatives dans la quête des suffrages. C’est dire que la bataille de légitimation des sujets et orientations du débat électoral vaut son pesant d’or. Ceux qui parviendront à canaliser les efforts des acteurs et l’attention des citoyens sur un thème qui traversera la campagne électorale, auront déjà une longueur d’avance sur tous les autres.

La désignation de la tête de liste de Benoo en la personne du premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, participe ainsi à camper le décor et à orienter le sens des polémiques. Pour s’expliquer sur les raisons de son choix, Macky Sall a dit ceci : « Ma conviction est que ce gouvernement travaille. Notre seul souci, c’est la perception que certains ont de ce travail surtout que nous avons une opposition qui passe son temps à dénigrer. C’est simple, il faudra défendre un bilan et arrêter de verser dans le folklore ». Néanmoins, un bilan ne peut pas être circonscrit dans les limites étroites des seules réalisations. Quand il est question de résultat global, les manquements, les violations et tout autre écart doivent également être de la partie.

Il se trouve que pour des raisons de marketing politique, Benoo cherche à étouffer ou à minorer l’attrait du public sur les sujets compromettants tels que le pétrole, le gaz et les rapports accablants émanant des organes de contrôle. Son erreur est de miser sur un volet aussi large et général qu’un bilan gouvernemental de 5 ans qu’il veut fragmentaire.  En outre, sa maladresse est d’inverser les rôles dans sa propre stratégie de communication. Il veut mettre en avant les réalisations pour parvenir ensuite à imposer un thème qui  tienne le haut du pavé. Or, si l’essentiel de ses initiatives et actions participe à l’amélioration des conditions de vie du monde rural, il lui faudra d’abord faire valoir cette vision, ce choix. C’est cela qui, en définitive, mettra l’emphase sur tout ce qui a été accompli de flatteur.

L’enjeu dans la bataille de hiérarchisation des sujets de la campagne électorale n’est pas de dire comment penser mais sur quoi il faut penser. Sur ce terrain, l’opposition est très en avance sur le pouvoir. De toute façon, il en a toujours été ainsi au Sénégal. Engoncées dans les généralités et dans les platitudes de bureaucrate, les majorités sortantes ont toujours fait les frais d’une absence de recul et de précision. A chaque fois, ce sont les opposants qui parviennent à porter l’éthique et la bonne gouvernance, sujets sensibles et particulièrement préjudiciables aux gouvernants, sur le devant de la scène. Cette fois-ci encore, c’est parti pour que les charges qui pèsent sur le régime en place noient toutes ses tentatives de séduction et de présentation du bon côté des politiques publique depuis les 5 dernières années.

Sous un autre rapport, les partis au pouvoir mènent une vaste campagne de peur sur l’éventualité d’une cohabitation. Alors qu’une partie de l’opposition a de la difficulté à rassurer les citoyens sur sa faisabilité et sa viabilité, une autre s’en tient à un simple contrat formel de législature, offre politique adaptée aux élections législatives. Malheureusement, la dernière option, attitude d’évitement, laisse l’opinion sur sa faim. Ce n’est pas pour rien que la cohabitation demeure encore la matière électorale qui a le plus mobilisé l’attention des populations. Ça veut dire que les sénégalais sont davantage préoccupés par les conflits et blocages éventuels dans les politiques publiques et leurs impacts sur le fonctionnement des institutions.

Birame Waltako Ndiaye

waltacko@gmail.com

 L'auteur  Birame Ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Birame Ndiaye
Blog crée le 05/03/2012 Visité 885173 fois 349 Articles 10052 Commentaires 48 Abonnés

Posts recents
Quand Oumar Youm manifeste sa peur, y a vraiment de quoi avoir peur pour le Sénégal
Abdoulaye Wade ne boycottera aucune élection
Le délit d’offense au chef de l’Etat, c’est du n’importe quoi
De ces législatives qui réhabilitent et qui imposent le statuquo
Macky Sall, les cartes d’électeur et ses sages protecteurs
Commentaires recents
Les plus populaires
Hey! Elle m’a appelé Tonton
Il était une fois un « kaw-kaw » à Dakar
Moubarack Lô! Expliquez-vous davantage
Aidez-nous, dites à Sidy Lamine Niasse de se calmer
« Musulmenteur »: entre culpabilité et délivrance